L’année 2016 en images rendus mouvantes

Fabrice RADENAC, Pessoa, l’intranquilité, 2010 (61 mn ; spectacle en théâtre, filmé sans public).

Alain EPO, La rumeur d’un monde, 2010 (73 mn ; documentaire poétique sur Fernando Pessoa).

Alexandre ASTIER, Que ma joie demeure !, 2012 (2h10 avec les addendum ; spectacle (one man show d’environ 1h45 sue Bach).

Alexandre ASTIER, L’EXO conférence, 2015 (2h30 avec les suppléments ; spectacle (one man show de presque 2h sur la mythologie extraterrestre et la physique moderne).

Jennifer Baichwal, Edward Burtynsky – Paysages manufacturés, 2006 (86 mn avec suppléments ; documentaire de 50 min).

Une nouvelle année : 2016

L’idée de constellation a suivi son cours.
Lors de la création des présentes archives, il était question de « constellation archivistique ».

La notion de constellation s’étend à toute ma production/création en ligne.

J’ai mis en place un site pour donner accès à l’ensemble de ladite constellation gasphérique :
http://gillesarnaud.blogspot.fr/

Je prends très au sérieux cette extension numérique de mon activité fondamentale : l’écriture.

Je pense sincèrement que plus tard, bien plus tard, tout ceci apparaîtra comme un ensemble éminemment cohérent.

Lectures de l’année 2016 : tous formats et genres

Jorge Luis BORGES, Enquêtes (suivi de Entretiens), 1957/1986 et 1967.

Bernard CLAVEL, Le tonnerre de Dieu (qui m’emporte), 1958.

Jean GIONO, Le Moulin de Pologne, 1952.

Werner HEISENBERG, Physique et philosophie, 1958.

Thomas B. REVERDY, Les évaporés, 20123.

Lolita PILLE, Hell, 2002.

Gilbert CESBRON, Notre prison est un royaume, 1948.

écritures numériques et web 2.0 : retour aux sources

J’ai détruit et créé 4 sites pour Imaginaflamenco [1 portail + 3 sites] et je réapprovisionne la gasphere à raison d’un nouvel article tous les 2 jours (au maximum).
J’ai peu de temps pour lire.

En à peine 3/4 ans, les choses changent vite sur le Net…

Du plaisir à recontacter de vieilles connaissances numériques.
Certaines ont disparu de la toile.

Je suis sur une lancée.
J’ai besoin de laisser une empreinte durable sur le web : un regard tourné vers l’avenir.