Une nouvelle année : 2016

L’idée de constellation a suivi son cours.
Lors de la création des présentes archives, il était question de « constellation archivistique ».

La notion de constellation s’étend à toute ma production/création en ligne.

J’ai mis en place un site pour donner accès à l’ensemble de ladite constellation gasphérique :
http://gillesarnaud.blogspot.fr/

Je prends très au sérieux cette extension numérique de mon activité fondamentale : l’écriture.

Je pense sincèrement que plus tard, bien plus tard, tout ceci apparaîtra comme un ensemble éminemment cohérent.

écritures numériques et web 2.0 : retour aux sources

J’ai détruit et créé 4 sites pour Imaginaflamenco [1 portail + 3 sites] et je réapprovisionne la gasphere à raison d’un nouvel article tous les 2 jours (au maximum).
J’ai peu de temps pour lire.

En à peine 3/4 ans, les choses changent vite sur le Net…

Du plaisir à recontacter de vieilles connaissances numériques.
Certaines ont disparu de la toile.

Je suis sur une lancée.
J’ai besoin de laisser une empreinte durable sur le web : un regard tourné vers l’avenir.

La refonte de la GAsphere

Il y a de cela bien longtemps, mais pas dans une autre galaxie, je mettais en place un « blogzine/webzine culturel alternatif et collaboratif » pour lequel je me suis pris d’affection très rapidement. Je l’appelais la GAsphere (prononciation anglaise [possibilité d’accent américain]).

J’ai décidé depuis quelques jours de tuer la GAsphere et dans le même mouvement de la faire renaître de ses cendres. Reprendre les articles, les refondre en les étoffant afin d’en faire de longs articles : regroupement par auteurs, sujets, etc. J’ai eu quelques hésitations parce que je risque, pour le moins, de perdre un réseau en place depuis bientôt huit années, et un référencement… Néanmoins, la solution « table rase » me semble de beaucoup préférable, plus saine : la vie est courte et l’avenir est devant nous : quelle étrange pensée, au fond, que de thésauriser ses idées !?

Le roi est mort, vive le roi !

Toujours la même adresse, mais – si on se réfère à la date de rédaction de ce post – avec particulièrement peu d’articles publiés, parce qu’il faut le temps au temps, n’est-ce-pas ?

Je ne sais encore pas si je vais reprendre contact avec mes anciennes collaboratrices (-teurs) ou réécrire simplement les post qui furent imaginés par mes soins originellement.

L’adresse donc : http://www.gilles-arnaud-sphere.com/

Au prochain projet.