Principes Constitutifs

La question de la construction d’une œuvre n’est pas obligatoirement une bombance égotique.
Une œuvre est considérée comme telle, principalement à la mort de son auteur. L’archétype de cette configuration est sans nul doute Fernando Pessoa et la caisse récupérée dans sa mansarde. L’idée de ce site/archives est bien de faciliter le travail des historiens de la culture – ceux qui se pencheront sur ce que j’ai fait tout au long d’une existence qui se veut créative, ou pourquoi pas à l’attention des historiens du temps présent voire d’une histoire immédiate.

La déformation/formation universitaire m’entraîne vers une mise en avant de l’Histoire, mais ces archives (qui de A à Z relèvent de la propriété intellectuelle, et en l’occurrence la mienne) sont ouvertes aux investigations des chercheurs de l’Anthropologie, de la Sociologie, etc., toutes disciplines universitaires dignes de ce nom, ainsi qu’à tout essayiste faisant « œuvre de ».

Pour les romanciers, pas de diffamation, merci de me consulter.
Pour les cinéastes – du cinéma et de la télévision -, merci de me consulter également.

Je voulais intituler cette page « Declaration of Principles », en hommage à Charles Foster Kane, alias Orson welles – ou l’inverse. Il suffit de retenir que cette entreprise est sans aucun but lucratif : dans l’avenir, une fondation pourrait être créée et ce toujours dans le même esprit libre et désintéressé de mettre à disposition une œuvre en devenir qui finira bien par se terminer par la mort de l’auteur.

Bien à vous.

Gilles ARNAUD
Auteur pluriforme et multitâche

Fait le 07 avril 2015

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Please type the characters of this captcha image in the input box

Merci de taper les caractères de l'image Captcha dans le champ